Culture·Lecture

Lecture – Douze ans, sept mois et onze jours

17328258_1712042392156209_546964914_n« Une cabane perdue dans les forêts du Maine. C’est là que Walden est abandonné par son père. À partir de maintenant, le garçon va devoir se débrouiller pour survivre dans les bois. Avec pour seule richesse quelques boîtes de conserve, un livre de Thoreau et une carabine. À la fin de chaque journée, Walden note son âge sur une écorce de rondin. Douze ans, sept mois et quatre jours, au moment où commence son apprentissage pour le moins étrange… »

Auteur : Lorris Murail
Éditeur :  PKJ
Prix : 13,90€

Mon avis :

Je suis restée perplexe du début à la fin. Ayant lu la série  Le maître Golem, écrite par Lorris Murail et deux de ses sœurs : Elvire et Marie-Aude Murail, je m’attendais à quelque chose d’exceptionnel, à une lecture qui m’aurait subjuguée comme l’avait fait cette série. Douze ans, sept mois et onze jours est censé être un thriller, un roman jeunesse avec du suspense et de l’action. Toutefois j’ai trouvé le rythme du bouquin vraiment très lent. Les scènes d’actions sont tellement détaillées qu’elles manquent véritablement de dynamisme : on se perd dans la description. Malgré tout, le suspense est bien présent même si j’ai ressenti le contraire. En effet, je ne m’attendais pas du tout à la présence de l’intrigue finale et j’ai été stupéfaite de la tournure des événements. La résolution des intrigues est tout à fait surprenante. Ce n’est pas vraiment le style de lecture que j’ai l’habitude de faire mais ça m’a permis de changer un peu d’air et ainsi de découvrir autre chose. Malgré la lenteur du roman j’ai tout de même apprécié cette lecture. Le fait que l’intrigue se passe dans un milieu sauvage et que le nombre de personnages soit réduit rend l’atmosphère assez sombre, sans que ce ne soit dans l’excès. L’univers n’est pas effrayant et correspond tout à fait pour un roman jeunesse.

En savoir plus sur l’auteur : 

Lorris_Murail_Copyright_Patrik_HussenetLorris Murail est un écrivain français né le 9 juin 1951 au Havre. En plus d’être écrivain, il accumule les casquettes de critique littéraire, traducteur et journaliste gastronomique. Il écrit depuis l’âge de 16 ans et a plus d’une cinquantaine d’ouvrages à son actif. L’écriture, pour lui, est une affaire de famille. En effet, il lui arrive d’écrire avec ses sœurs, Elvire et Marie-Aude Murail. Son père, Gérard Murail, était un peintre et poète français. Et son frère, Tristan Murail, est un compositeur. Il est père de quatre fille, et son aînée s’est aussi mise à l’écriture. Mais selon lui, le gène de la littérature n’existe pas.

« Ce n’est pas parce qu’on vient au monde dans une maison où les murs sont couverts de livres qu’on prend obligatoirement la plume. »

Lorris Murail, Interview pour Pocket Jeunesse, à retrouver ici.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s