Cinéma·Culture·Séries

Série – Les grandes Grandes Vacances

Si j’avais à vous conseiller une seule série d’animation, il s’agirait de la série Les grandes Grandes Vacances créée par Delphine Maury et Oivier Vinuesa.

Cette série d’animation français a été diffusée sur France 3 en 2015, à l’occasion de l’anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Elle parle de deux enfants, Ernest et Colette qui vivent chez leurs grands-parents pendant la guerre.


Synopsis : 

id_fiche_38Été 1939, Ernest, 11 ans, et Colette, 6 ans, deux petits parisiens, passent un weekend en Normandie chez leurs grands-parents. La France entre en guerre et décision est prise de les tenir éloignés de Paris, le temps de « voir venir ». Ce séjour qui devait durer quelques semaines s’étendra sur les cinq années de la guerre, se transformant en « grandes grandes vacances »…
Réfugiés dans un monde rural qui leur est totalement étranger, Ernest et Colette vont s’ouvrir à une nouvelle vie grâce à la bande d’enfants du village, au travail à la ferme, à la découverte de la nature et des animaux. Mais ils seront également confrontés à l’occupation allemande, aux réquisitions, aux privations, à la perte d’être chers, au patriotisme. Ils vont devoir grandir et s’adapter dans un monde en guerre qui bouleverse tous leurs repères.


Création : Delphine Maury et Olivier Vinuesa

Réalisation : Paul Leluc

Dessins : Emile Bravo

Durée : 10 épisodes de 26 minutes chacun (ou 5 épisodes de 45 minutes sur Netflix)


Mon avis : 

Les grandes Grandes Vacances est une série d’animation qui nous montre le quotidien des enfants d’un petit village de Normandie, pendant la guerre. A travers leurs yeux on assiste alors au début de la guerre, à l’occupation, à l’exode, aux bombardements. Pour autant, la série garde sa part d’insouciance et n’est pas là pour nous expliquer l’histoire de la guerre. Elle nous montre plutôt ce qu’a pu être le quotidien des enfants à la campagne pendant cet immense conflit. Nous faisons alors face à leur incompréhension, à leur courage mais avant tout à leur naïveté : ce sont des enfants et ils ne comprennent pas tout à la guerre, alors nous, spectateurs, nous sommes dans la même situation qu’eux.

En parallèle du climat de guerre, on a également une démonstration de ce que c’est d’être un enfant qui grandit à la campagne, de goûter à la liberté. Ayant moi-même grandit à la campagne, plusieurs fois, je me suis reconnue dans leurs jeux, dans leurs façons de faire et d’exister, sans pour autant avoir grandi à la même époque qu’eux. La série nous montre avec brio ce qu’est l’enfance à la campagne. Et pourtant elle ne perd pas tout son sérieux et nous mets quand même face aux problématiques de la guerre : la mort, l’injustice, la faim, la séparation, la perte d’un être cher, etc.

Cependant l’oeuvre ne tombe pas non plus dans une vision du bien contre le mal. Bien au contraire, on nous montre des personnages qui sont avant tout humain et qui font face eux aussi à des choix complexes : rester humain ou répondre à une entité plus grande et puissante qu’eux (avec notamment la notion d’être un « bon français », par exemple). Nous avons donc devant nous des personnages assez complexes et bien construits : un professeur qui, au départ, paraît assez suspicieux mais qui finalement fait tout pour défendre ses élèves, un soldat allemand qui protège la famille chez qui il s’est imposé, un postier un peu peureux qui devient responsable d’enfants, etc.

Graphiquement les grandes Grandes Vacances est un chef d’oeuvre. Le dessinateur a pris le parti de mélanger des décors en 2D avec des personnages en 3D. Je trouve que ce procédé donne de la profondeur et de la douceur à tout cet univers. La nature est omniprésente, splendide et sauvage. Les scènes de guerre sont également très bien réalisées, je les trouve vraiment impressionnante ce qui donne une dimension réaliste à la série.

En conclusion, les grandes Grandes Vacances est une série à voir. Autant d’un point de vue graphique que pour l’histoire. On arrive à se mettre à la place et à comprendre tous les enjeux qu’impliquent d’être un enfant pendant la guerre. De plus, elle est riche en émotion et, j’ai eu l’occasion, à plusieurs reprises, de verser ma petite larmichette. Selon moi, c’est une véritable oeuvre d’art.

Elle est disponible sur Netflix et également sur YouTube.


Bande-annonce :

 


Je vous laisse également la vidéo de Alice in Animation qui parle de cette série beaucoup mieux que moi.

 

Sans titre 8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s